Histoire

LES ORIGINES DE CHAVANNES

Le territoire actuel de Chavannes, depuis le 12° siècle, est passé sous la responsabilité de la famille des Poitiers (Diane) puis des Lacroix de Saint-Vallier. En 1689, 12 ménages y résidaient. Vers 1700, la famille des Rostaing du Mouchet a pris la gouvernance. Avant 1790, Chavannes était une communauté de l’élection et subdélégation de Valence et du bailliage de Saint-Marcellin, formant une paroisse du diocèse de Vienne. Du point de vue féodal, Chavannes faisait partie de la baronnie de Clérieux.plan-cassini

En 1790, notre commune fût créée et inscrite dans le canton de Saint-Donat sur l’Herbasse. Son nom veut dire cabane ou les cabanes .

A noter la présence en Mairie de vieux documents qui permettent d’avoir une idée plus précise de Chavannes dans ses temps les plus anciens : le parcellaire de 1664 et le 1er plan cadastral de 1832.

LE CHATEAU DU MOUCHET ET SES DEPENDANCES

dsc00876-bis
Voir rubrique spécifique “Chateau du Mouchet dans la rubrique “Découvrir Chavannes.

Esquisse de Pierre Palué
palue

L’EGLISE

L’église, construite au 11° siècle, est romane. Elle apparaît pour la première fois dans les écrits en 1230, dans le testament que fit Amédée, un riche habitant de Clérieux. L’église sert de sépulture jusqu’à la moitié du 17° siècle. Des tombes existent aussi à l’arrière du clocher. La chapelle semble dater du 16°.<img163|right> Le clocher actuel est construit en 1838-1839. cloche La sacristie est construite quelques années après. Le logement des prêtres ou presbytère se trouve à l’emplacement actuel des gîtes communaux. La cérémonie de l’installation de Paule-Augustine, nom de baptême de la cloche, a mobilisé un grand concours de la population de Chavannes peu avant 1920. Des travaux de réfection ont permis de voir qu’il y avait un arc de style roman au-dessus de l’ouverture se trouvant au-dessus de la porte d’entrée. En octobre-novembre 1993, la façade ainsi que les murs extérieurs ont été restaurés.

L’ECOLE

L’école actuelle a été construite en 1920. A cette époque, elle était considérée comme « modèle », car elle possédait une cour de récréation, le préau et les « toilettes », avec le logement de l’instituteur au premier étage.
Avant 1920, l’école se situait dans la partie sud du village, dans la maison occupée actuellement par M. et Mme René Métifiot.

ecole-de-chavannes

LES ÉVÈNEMENTS HISTORIQUES MARQUANTS

La révolution française : revolution

Dans cette période très troublée, la plupart des faits qui nous sont rapportés concernent le Château du Mouchet. Il semble avoir subi plusieurs attaques. En 1792, un incendie détruit une partie de l’aile Ouest qui comprend les écuries, les greniers à grain et à foin et les logements des gens de maison. En 1793, les archives du Château sont détruites. Chavannes compte une victime de la tourmente révolutionnaire, Alexandre Rey du Mouchet, le fils aîné de François Rey du Mouchet. De passage à Lyon, il est reconnu et fusillé après le siège de cette ville avec une foule d’autres personnes de biens.
Une anecdote. Lors de l’attaque et de la prise du Château par les gens de Chavannes et de Marsaz, la veuve du seigneur François Rey, seigneur du Mouchet, ne réussit à leur échapper que grâce au fermier et aux gens de maison. En effet, ils installent la veuve du seigneur dans un tombereau, la recouvrent entièrement de fumier afin que personne ne puisse penser qu’elle est camouflée dessous. Ainsi ils parviennent à une ferme voisine au Bois de l’âne.
En 1989 (200 ans après), la Commune a organisé une cérémonie commémorative qui fut suivi de la plantation de « l’arbre de la liberté », un tilleul, prés du terrain de boules.

Les évènements de la période 1848 à 1851 :

Le mouvement révolutionnaire chasse Louis Philippe de son trône le 24 février 1848. Un gouvernement provisoire proclame aussitôt la république avec pour objectif de fournir du travail à tous les citoyens. C’est à ce moment là que de nombreux « arbres de la liberté » sont plantés sur les places publiques. Après les élections des députés de l’assemblée constituante, le 23 avril 1848, les mécontents sont nombreux. Pendant 6 jours, c’est la guerre civile. Un nouveau personnage apparaît : Louis Napoléon Bonaparte. Il est élu représentant du peuple à l’assemblée puis Président de la République le 10 décembre 1848 pour 4 ans. Peu à peu, il installe un pouvoir fort qui provoquent la naissance de sociétés secrètes qui s’organisent pour résister. En juillet 1851, la proposition du Président de prolonger ses pouvoirs au-delà de son mandat de 4 ans échoue. Fin octobre, tout est prêt pour un coup de force. En novembre 1851, Bonaparte rassemble des officiers et met au point un coup d’état. La date est fixée au 2 décembre. Paris s’insurge alors et les bourgs se soulèvent à leur tour. Le mouvement gagne tout le sud-est de la France. Des colonnes d’insurgés s’organisent et s’emparent des sous-préfectures pour faire échec au coup de force.

A Chavannes, à partir de juillet 1851, des sociétés clandestines de républicains se réunissent régulièrement la nuit dans des lieux isolés. La connaissance du coup d’état déclenche le soulèvement. De tous côtés, arrivent des hommes armés de trident, fourches, fusils, sabre et gros bâton. Les insurgés frappent aux portes des maisons et font sortir les hommes, des portes sont enfoncées, les fusils sont confisqués. Ils se dirigent vers le château du Mouchet où habite Galland, l’ex Maire et chef de file des « blancs ». Mais un ordre venu des chefs des insurgés de Tain les font se disperser. A partir du 8 décembre, la répression s’installe. Les gendarmes de Saint Donat patrouillent à Chavannes de jour comme de nuit. Une centaine d’insurgés se réfugient dans les bois. François Boffard, Maire de Chavannes, est considéré comme leur chef. Le Préfet, le 14 décembre, monte une opération de dissuasion et de répression. Les bois sont cernés. Toutes les maisons du village sont visitées l’une après l’autre. De nombreux insurgés sont arrêtés puis conduits devant la commission militaire de la Drôme. Les participants à l’expédition au Château du Mouchet en 1848 sont les plus sévèrement condamnés. Pierre Michon, Jean François Sarraillon, François Saraillon, Sylvestre Jacques, Jean Carre, François Boffard sont déportés en Algérie (5 à 10 ans). Frédéric Bret, commandant des insurgés, est condamné au bagne à Cayenne en Guyane. Jean Vatelier est interné dans une commune éloignée du département.
Les déportés en Algérie sont tous graciés avant 1853. François Bret est gracié à son tour le 6 novembre 1856.
En 2001 (150 ans après), la Commune et l’association « Sports et loisirs » ont organisé une conférence à propos de ces évènements.

Le 1er conflit mondial :

La grande guerre a plongé dans la douleur, la majeure partie des familles de Chavannes, comme la France entière. Une large partie de sa jeunesse, 19 hommes, est décédée dans les combats. A la mémoire de ses enfants perdus, la Commune érige en 1919, un monument aux morts près de l’église. guerre Morts en 1914, Julien Buffat, Paul Bouvet, Henri Sainsorny, Fernand Perrochet ; en 1915, Gabriel Bret, ; en 1916, Toussaint Ollier, Jean Chiron, Alfred Perrochet, Louis Perrochet, Eugène Guichard, Alphonse Cros, Aimé Perrochet, Lucien Bret ; en 1917, Emile Astier, Joseph Buffat ; en 1918, Victor Bouvet, Joseph Armand, Lucien Viossat, Victor Faure.

La seconde guerre mondiale, les fusillés de 1944 :

Chavannes perd un de ses enfants au début de ce 2nd conflit : Albert Melquiond en 1940.
Le 15 juin 1944, un autre drame se produit. 5 maquisards étrangers au village entrent chez M. Auguste Reynaud, cafetier. Ayant vu arriver un car d’Allemands et quelques miliciens, venant de la route de Tain, 3 des 5 maquisards sortent et se mettent à tirer, avant de rentrer précipitamment dans le café puis s’enfuir avec leurs camarades, poursuivis par les Allemands. Ces derniers pensent que les maquisards sont au nombre de 3. Le café est cerné et saccagé, mais les Allemands ne trouvent aucune trace des fuyards. Ils décident de représailles Ils arrêtent les 3 premières personnes qu’ils croisent, M. Alexandre Laréal, M. Jean Lespinasse et M. Paul Bouvet, ils les rassemblent et les fusillent. Le forfait accompli, ils repartent en car en direction de Saint Donat. En remplacement d’une croix de bois, la Commune de Chavannes érige le 1er novembre 1945, un monument commémoratif sur le lieu de la fusillade, route de Saint Donat.

LA LANGUE DE NOS ANCETRES : LE PATOIS du 19ème siècle

photo-nb-7

Le groupe des « académiciens » de Chavannes (une dizaine de personnes), encadré par M. Jean Uzel, a réalisé entre 1987 et 1990 (69 réunions), un dictionnaire de 5000 mots de cette langue parlée il y a encore un siècle. Pour illustrer l’époque, ils ont écrit « une partie de boules » en patois (partia de bule) dont voici un extrait.

patois

LUCIEN : Maintenant que nous sommes quatre, on peut en faire une
MARCEL : Aimé, amène vite un pot
Paul prend une chaise et aimé revient avec le pot et les verres ; ils remplissent les verres et trinquent.
LUCIEN : Ca fait du bien, j’avais très soif
HENRI : Dit Aimé, tu n’as pas changé de tonneau, on dirait qu’il est meilleur que celui d’hier
AIME : Hier, c’était le fond du tonneau
MARCEL : Parle nous de ta finale de Marsaz
PAUL : Vous n’allez peut-être pas le croire, et bien, on a fait baiser le cul en cinq jets de but aux durs de Romans, ceux qui avaient gagné la finale du 15 août à Grenoble
LUCIEN : Si tu es si fort, avec Henri, on te prend
PAUL : Ho bon dieu, et mes cuches
HENRI : Elles ne craignent rien tes cuches, le temps s’arrange
PAUL : D’accord, je reste, mais on joue le repas, aimé demande à ta femme si elle veut nous préparer quelque chose
AIME : Je viens de voir ma femme, elle n’est pas d’accord, Henri va la voir, tu auras peut-être plus de chance que mois, bois un coup, va donc la voir